+

L'économie de la dette dans le GL-4 (grandes lignes)

La Dette Fiscale Héritée avec laquelle naît chaque citoyen doit être rachetée ou remboursée. Les intérêts de cette dette commencent à courir dès le jour de la naissance. Les Actionnaires et certains Grands Artisans rachètent la dette de leurs enfants. La classe supérieure des Travailleurs rembourse les intérêts de leurs enfants jusqu’à la fin de leurs études.

Pour les autres 80% de la population, la Dette Fiscale s’accroît inexorablement depuis le premier jour de leur vie. Ils doivent ainsi consacrer, l’intégralité de leurs revenus à son remboursement, selon un plan personnalisé calculé en fonction de leur classe sociale et de leur niveau d’emploi.

Pour certains ce plan couvre une partie des intérêts, pour d’autres la totalité, pour les mieux rémunérés, une partie du principal. Dans tous les cas, tous les Travailleurs consacrent leur salaire, toute leur vie, au remboursement de la Dette Fiscale.

Pour vivre, il leur est octroyé une Dette Personnelle Autorisée ou DPA équivalent à leur salaire. Cette DPA couvre les frais courants (alimentation, transport, logement, soins non médicaux, habits, loisirs, biens divers, etc.), les assurances obligatoire (retraite, dommages au Flux Numérique), les assurances facultatives (santé, chômage, légale, responsabilité civile, loyer & équipements), leurs emprunts (scolaire, santé, consommation, chômage), leurs impôts et les intérêts de la DPA.

La plupart des dépenses sont comptabilisées en pourcentage de DPA : par exemple on consacre en moyenne 40% de sa DPA à un pack « Toutes Assurances », 20% de sa DPA à son loyer, 15% à ses impôts, 5% au transport métropolitain 3-zones (le plus courant), 3% aux intérêts de la DPA, etc.

La DPA correspond en fait à un découvert autorisé. Quand elle n’est plus couverte par un salaire ou quand elle est dépassée, la personne se retrouve en surrendettement. Tous ses biens sont saisis et elle est enrôlée aux Travaux de Remboursement. Un jubilé efface sa dette non autorisée au plus tard au bout de quinze ans de service. Les cotisations retraite se poursuivent pendant le jubilé.

Chacun travaille aussi longtemps que sa santé physique et mentale le lui permet. La retraite intervient quand l’individu est dépendant. Ceux dont la cotisation retraite a été suffisante peuvent rejoindre les Institutions des Conglomérats de Santé.  Les autres sont pris en charge dans les Institutions Publiques. Si leur descendance ne peut pas payer le coût résiduel de leur institutionnalisation, ils sont maintenus dans un état d’inconscience jusqu’à leur décès. La majorité des personnes qui se retrouvent dans ce cas préfèrent interrompre leur vie dans la dignité. Cette préférence est signalée dès la majorité. Elle peut être modifiée tant que la personne est considérée saine et valide.